AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Sean Weiss

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Sean Weiss
2382
avatar

Messages : 809
Date d'inscription : 25/01/2010
Age : 27
Localisation : Québec

Votre personnage
Âge: 24 ans
Cellule/Chambre: Chambre 1
Bloc-notes:

MessageSujet: Sean Weiss Mer 3 Fév - 11:10

Nom : Weiss.
Prénom : Sean.
Matricule : 238222
Âge : 24 ans.
Sexe : M.
Date de naissance : 3 Février 1986.
Origine : Américain.

Histoire : Je me demande ce qui se serait produit si j’avais été riche dès le départ. Si mes parents ne s’étaient pas brouillés avec la famille et qu’ils étaient demeurés à l’abri du besoin. On ne m’a jamais expliqué ce que c’était que cette guerre entre mon père et sa famille. Tout ce que je sais, c’est qu’à cause de cette dispute mystérieuse, j’ai été élevé dans un appartement minable plutôt que dans une résidence respectable. Mais je me demande si ça aurait changé quelque chose à ce que je suis. Est-ce que je me serais tout de même réveillé un matin avec la même haine que je porte présentement contre le monde entier ? Non. Ce n’est même pas de la haine. Juste du mépris. Non. Peut-être simplement de l’indifférence. Ou du dégoût ? Je ne sais pas. Je ne sais rien. Tout ce que je sais, c’est qu’un jour, le monde a cessé de se montrer attirant pour moi. Était-ce à cause de ce salopard qui avait violé ma mère et que la justice, se souciant peu d’une pauvre femme, a laissé courir en liberté ? Est-ce à cause de la misère que j’avais sous le nez à chaque jour de ma vie, quand je me levais le matin ? Était-ce parce que par-dessus le tableau décoloré du monde que représentait mon quartier je pouvais apercevoir, au loin, cette petite bourgade bien à l’aise. Vous savez ces quartiers où l’on regarde friser des caniches ? Où tout est beau et parfait ? Rien ne me répugnait autant que ces petits bourgeois qui venaient se promener dans notre quartier sous leurs grands airs, qui vous regardent avec mépris et surtout, surtout, avec une pitié toute méprisable dans le regard. Rien n’est plus horrible que la pitié quand elle vous est destinée.

J’avais quatorze ans quand ma mère est morte. Suicide. Je pouvais la comprendre : ce monde est une plaie, autant s’en échapper avant que les bords se referment sur vous. Je n’étais déjà pas un enfant très gai. À la mort de ma mère, j’ai cessé complètement de m’intéresser à ce qui m’entourait. Je me suis concentré sur mes études. Enfin … Concentré est un grand mot. Disons que j’étais un garçon malin et que, même si mon taux d’absentéisme était élevé, je recevais des notes satisfaisantes. Je passais mes journées à essayer de m’évader et pour ça, tous les moyens étaient bons. Je voulais me fermer les yeux et arrêter de voir ce petit monde, toutes ces fourmis qui agitent leurs pattes dans le vide. J’ai pris de la drogue. Elle a fini par me lasser. Le sexe. Lassant à la fin. Toujours la même chose. Toujours ces femmes qui en mettent trop ou pas assez. Et tandis qu’elles s’activent sur votre sexe, vous les regardez et ne comprenez pas ce qui se passe. Ce plaisir est si éphémère, si futile. Il n’y a rien que je n’ai pas fait, je puis vous l’assurer. Mon passé est loin d’être reluisant. Ce n’est pas celui auquel on s’attendrait d’un directeur de prison. Mais ce passé est bien enfoui derrière l’héritage imposant dont j’ai hérité il y a deux ans. C’est venu confirmer ma théorie : on laisse les riches tranquilles. Justice de merde. Pays de merde. Monde de merde. Je suis resté longtemps à regarder mes millions et ne pas savoir quoi en faire. Puis j’ai compris. Il fallait que la justice reçoive un bon coup de pied au cul. Et ce coup de pied, ce serait la réouverture de Sadismus.

Apparence physique : On dit que je suis bel homme. J’aimerais bien savoir à quoi on me compare pour affirmer une telle chose. Personnellement, je ne me trouve pas beau. Mais je ne me trouve pas laid pour autant. Disons que je trouve mon physique satisfaisant, pour ce qu’il me sert. C'est-à-dire rien du tout. Je ne fais pas partie de ces gens qui utilisent leur physique comme une arme. Une arme contre quoi, d’abord ? Non. Je préfère me fier à autre chose qu’à mes yeux pour obtenir ce que je veux. Je suis grand, mesurant environ six pieds. Peut-être un peu plus. Ça fait depuis mon adolescence que je n’ai pas pris le temps de me mesurer. Je ne suis pas particulièrement costaud, mais je suis loin d’être maigre aussi, pesant dans les alentours de 160 livres. Parfois plus parfois moins. Cela dépend des périodes. Il y en a où je suis si occupé que j’en oublie de manger. J’ai un teint cireux. En fait, mes parents avaient le teint halé mais moi, avec tout ce que j’ai consommé, moi qui sortais rarement au soleil, j’ai ce teint un peu malade. Mes cheveux sont noirs, coupés un peu n’importe comment au-dessus des épaules. Je porte le plus souvent des chemises et des « pantalons propres » comme disait ma mère quand j’étais jeune et qu’elle nous amenait à la messe, mon père et moi.

Caractère : Je fume. Ce n’est ni un plaisir, ni une addiction. C’est simplement une habitude que j’ai prise il y a de cela de longues années. Quand je ne fais rien, c’est par réflexe que mes doigts vont fouiller dans la poche de ma chemise pour trouver un carton de cigarettes, en tirer une et la porter à mes lèvres. Je sais que dans mon état ce n’est pas recommandé. Plusieurs médecins me l’ont dit. C’est que je souffre d’une maladie pulmonaire. Une sorte de Fibrose, pas trop majeure. Je ne vivrai pas vieux qu’ils m’ont dit, et je vivrai encore moins vieux si je continue de fumer. Mais je suis têtu et puis je m’en fiche de la mort. C’est tout ce que je mérite. Mes parents n’avaient pas les moyens de me soigner quand j’étais gosse, et ils l’ont fait quand même. Ils se sont privés de je ne sais combien de choses pour ma santé. Ils n’auraient pas du. On finit tous par claquer un jour ou l’autre. Et cette fin est prévue depuis si longtemps dans mon esprit que j’ai déjà tout préparé pour le jour de ma mort. Mon testament, ce que je lèguerai au monde. Parce que je suis quelqu’un de prévoyant. Ne croyez pas qu’au jour de ma mort ce que j’ai créé mourra avec moi. Non. Tout va continuer. Cette prison, c’est mon héritage. Elle vivra après moi. Je suis quelqu’un de très calme. Je ne m’agite que très rarement et je me mets rarement en colère. La raclure qu’est l’espèce humaine ne mérite pas tout le mal que je me donne pour elle alors elle mérite encore moins que je perde mon souffle à lui crier dessus.

Ancien emploi/occupation : J’ai travaillé pendant plusieurs années dans un petit comptoir à tabac. C’est là que j’ai commencé à fumer, soit dit en passant.
Orientation sexuelle : Hétérosexuel.

Poste occupé dans la prison : Directeur.
Armes : Un G22, toujours chargé, toujours attaché à ma ceinture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jefferson
645987 Éternel frustré
avatar

Messages : 724
Date d'inscription : 13/01/2010

Votre personnage
Âge: 35 ans
Cellule/Chambre: 1
Bloc-notes:

MessageSujet: Re: Sean Weiss Mer 3 Fév - 19:01

*aime le monsieur*

*pas Jeffie... Jeffie pas aimer les hommes, hein!*

*Milie aimer le monsieur*

Je te valide Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maybeth Greene
9130 Propriété de Jeffie-chou
avatar

Messages : 1597
Date d'inscription : 13/01/2010
Age : 27
Localisation : Québec

Votre personnage
Âge: 27
Cellule/Chambre: Chambre 2
Bloc-notes:

MessageSujet: Re: Sean Weiss Mer 3 Fév - 21:41

Contente que tu aimes xD
_________________
Would you do it with me
Heal the scars and change the stars
Would you do it for me
Turn loose the heaven within

Nightwish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sadismus.keuf.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sean Weiss

Revenir en haut Aller en bas

Sean Weiss

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sadismus Jail :: Avant de vous faire châtier :: Dossiers personnels :: Employés validés-