AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Fin de nuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Aaron Sturk
1176
avatar

Messages : 350
Date d'inscription : 08/06/2010

Votre personnage
Âge: 28
Cellule/Chambre: 4
Bloc-notes:

MessageSujet: Fin de nuit Mer 31 Aoû - 21:54

J'ai enfin fini mon service de nuit. Cette semaine, je n'ai pas vraiment la pêche. C'est pour ça que j'ai échangé mes heures avec un gardien en arrêt maladie. C'est plus calme, il y a moins de choses à faire, et c'est mieux payé. J'essayerai peut être de m'arranger pour faire ça tout le temps. Et puis ça me permet de ne pas être dans la chambre aux mêmes heures que Maria. Souvent, quand je rentre, elle dort encore, ou bien elle est sous la douche. Souvent, je m'arrête devant la chambre, et j'écoute l'oreille posée contre la porte. Si rien ne bouge, j'entre. Mais si je l'entends, si elle est réveillée, je vais prendre un café, ou un bol d'air. Et quand je reviens, quand elle n'est plus là, là seulement je me couche. J'évite tout contact, toute conversation avec elle. Notre relation est pour le moment… explosive. Mieux vaut ne pas mettre de l'huile sur le feu.

Houla. A rester comme ça, perdu dans mes pensées, les mains dans les poches, j'ai marché sans trop m'en rendre compte et me suis retrouvé dans un des couloirs de l'aile des prisonniers. Je dirai que je suis entre les cellules et les douches. Je regarde ma montre. Techniquement, les premiers détenus devraient arriver pour prendre leur douche. Pas envie d'être pris là dedans. suffit qu'il y en ai deux qui décident que c'est le bon jour et le bon moment pour s'engueuler et je suis là pour une bonne heure encore. Bon. Personne à droite, personne à gauche. Je décide d'être discret pour rejoindre ma chambre, je n'ai aucune envie d'avoir de responsabilités maintenant. Tout ce à quoi j'aspire, c'est un bon lit. Quoi que une douche avant ce ne serait pas mal.

Arg, Des pas. Bon. Je m'adosse au mur, et regarde passer un groupe de trois hommes. Ils sont calmes, mais je les surveille quand même du coin de l'oeil, histoire de leur montrer que ce n'est pas le moment de déconner. C'est bon, ils sont partis. Aller Zou, je file. Et m'apprêtant à passer devant les dernières cellules, j'en vois d'autres arriver en face. Aller jouez pas aux cons, tenez vous tranquilles, au moins le temps que je disparaisse après ce ne sera plus mon problème. Je veux dormir, tenez vous bien juste le temps que je puisse aller dormir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akane Hikage
969437
avatar

Messages : 507
Date d'inscription : 07/11/2010
Age : 34

Votre personnage
Âge: 26 ans
Cellule/Chambre: 7
Bloc-notes:

MessageSujet: Re: Fin de nuit Dim 11 Sep - 20:25

Les autres prisonniers commençaient déjà à se rendre aux douches. Je sortis de ma cellule pour me joindre au deuxième petit groupe qui passa devant. Je préférais y aller un peu plus tôt, juste avant que les gros des autres détenus de cette maudite prison y aillent. C’était un peu plus tranquille. Avoir su ce qui allait suivre, je serais peut-être resté plus longtemps dans ma cellule.
Le petit groupe auquel je m’étais mêlé comportait trois femmes et un homme. Je les suivais à distance raisonnable, mais pas assez loin pour que mes oreilles ne puisent pas entendre leur conversation. Une conversation qui n’avait pas d’importance finalement. J’ai ralenti un peu le pas et ai entendu une voix méprisante dans mon dos :

-Tien, tien! Qu’est-ce qu’on a là?… La salope des douches.

Bon, on dirait bien que Snaks était sortie de l’infirmerie. Quelques dents en moins et boitant un peu, mais haineux envers moi et sûrement envers Arseni aussi. Je tournai légèrement la tête pour pouvoir l’avoir en visuel et je pus constater qu’il n’était pas seul. Deux autres hommes l’encadraient. Un d’entre eux semblait plus nerveux, c’était celui que j’avais envoyé contre le mur. Et il semblait très bien s’en souvenir à voir son aire. Pathétique. C’était un lâche doublé d’une mauviette. L’autre, je lui avais brisé le nez il y a peut. Il ne manquait plus que Drevo et ils étaient là tous les quatre. Cette fois-ci, je n’aurais pas l’effet de surprise de mon côté s’ils attaquaient. Comme j’aurais aimé avoir une bonne dose d’atropine sous la main! Sauf qu’en prison, tuer quelqu’un de cette façon n’aurait pas été une bonne idée. En bonne quantité, c’était trop rapide et visible.
M’attaquer maintenant n’étais pas une très bonne idée, du moins, de mon point de vu. Ce n’était ni le bon endroit, ni le bon temps. Manque de bol, ce trio d’imbécile n’avait pas le même souci de la discrétion ni la même façon de penser que moi. De toute façon, je mis attendait. J’ai continué mon chemin, souhaitant rencontrer un gardien au plus vite pour m’éviter de faire la démonstration de mes talents.
Les trois continuèrent à me suivre et ils se rapprochaient. Snaks continua à m’injurier :

-Qu’est qui n’va pas? T’as plus ton gentil toutou russe pour t’protéger l’cul? Non! T’as les chocottes? Fais pas dans tes culottes, hein p’tite garce.

Snaks, tu veux un autre voyage à l’infirmerie? Ce n’étaient pas une bonne idée de m’insulter et d’insulter mon nouveau chef devant moi. Puis je l’entendis dire plus faiblement avec une pointe d’excitation dans la voix :

- Sinon tu vas devoir les enlever devant nous.

- Tu la fermes ? Aller, on va t’éclater poupée!

C’était celui au nez cassé qui venait de parler. Des trois, je devinais aisément que c’était lui qui me détestait le plus. Je tournai le coin du couloir et leur fis face. Mon regard était mauvais et un air hostile s’était peint sur mon visage. Du coin de l’œil, j’aperçus un gardien. Parfaits.

- Quoi? Vous n’en avez pas eux assez Okubyōna dansei. Vous voulez que tout le monde apprenne que vous êtes même pas capable de vous en prendre seul à une fille?

Ma voix était froide et moqueuse et l’homme au nez cassé a répondu à la provocation, malgré la présence du gardien aux cheveux roux. À moins qu’il ne l’ait pas encore vu. En deux secondes, il était rendu à moi et il essaya de me frapper au visage. Je fis un pas vers l’arrière et bloquai le coup. J’évitai le second toujours dirigé vers le haut de mon corps et lui écrasa les burnes avec un coup de pied rapide et bien placé. Il laissait trop d’ouverture. Il se plia en deux de douleur. Je me suis ensuite accroupie immédiatement pour éviter un coup de Snaks pour ensuite me redresser aussitôt pour lui donner un coup de coude au thorax. Je ne fis pas que frapper, je poussai pour le déséquilibrer. Le troisième s’apprêtait à me frapper, mais s’arrêta. Lui, il avait vu le rouquin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Sturk
1176
avatar

Messages : 350
Date d'inscription : 08/06/2010

Votre personnage
Âge: 28
Cellule/Chambre: 4
Bloc-notes:

MessageSujet: Re: Fin de nuit Ven 16 Sep - 18:59

Le petit groupe est passé sans faire d'histoires. Je reste là sans bouger, je les surveille du coin de l'oeil jusqu'à ce que je les vois entrer dans les douches. Après, si ce n'est le bruit de l'eau, je n'entends plus rien. Parfait. Je reprends donc ma marche vers l'aile des gardien, mais au détour d'un nouveau couloir, je tombe nez à nez avec une scène de bagarre. Trois hommes et une femme. Je ne sais pas trop comment ça a commencé, mais apparemment, c'est la donzelle qui a cherché à provoquer les autres. Enfin… C'est elle qui gueulait quand je suis arrivé. Moi, je suis comme saint Thomas, je ne crois que ce que je vois. La responsable, pour moi, c'est elle. Faut d'ailleurs pas être bien malin de chercher des crosses comme ça quand on est taillée comme une allumette.

Aller… Faut que je m'occupe de ça. J'attrape le talky walky à ma ceinture, et appelle quelques collègues en renfort. Même si j'arrive à les séparer, je ne pourrai pas m'occuper d'eux seul. Par chance, je ne suis pas l'unique gardien dans ce coin de la prison, et je les entend déjà qui arrivent. Ne les attendant pas pour agir, je m'avance vers le petit groupe, calmement. En effet, la violence a cessé. Et tandis que deux de ces messieurs sont à terre, le troisième qui avait il y a quelques secondes le poing brandit, me regarde maintenant avec un petit air innocent, les mains dans le dos. La sauterelle quand à elle e tient encore face à eux, prête à bondir comme un chat sur le premier qui oserait bouger.
Celui qui me fixe, je le connais. C'est un petit malin qui aime bien se faire remarquer. Un petit dur qui cherche toujours à chahuter les moins forts que lui. Il aime aussi beaucoup provoquer les gardiens. Malheureusement, j'ai pour ordre de ne pas trop le brusquer. Il semblerait qu'il ai passé un accord avec les hauts dirigeants de la prison. Si ses petits amis savaient qui il est en réalité… Certainement un des pires mouchards de sadismus. Si ça venait à se savoir, il n'en aurait plus pour très longtemps. En contrepartie, ce petit pourri avait droit à tout un tas de privilèges. Notamment, celui de ne jamais être passé à tabac…

-Comme par hasard… Toi. Toujours toi. Je m'arrête, les toise et m'adresse à tout le groupe. Déclinez vos matricule, et vite.

Alors qu'ils s'exécutent, deux hommes arrivent pour m'aider. Ils sont un peu essoufflés. J'ai peut être dramatisé les choses quand je les ai appelé. Au final, il n'y a pas grand chose à faire. Ce pourri de Vince on le laisse partir, son pote aussi -pour ne pas éveiller les soupçons- et le dernier on l'emmène à l'infirmerie. La gamine en le frappant l'a si bien poussé qu'il s'est cogné la tête contre le mur, et son nez dégouline à présent de sang.

-Vous deux, dégagez. Ils s'exécutent volontiers, rapidement. Toi 568234 tu suis monsieur Dajet à l'infirmerie. Et toi…

Je fixe à présent mes yeux sur la môme. Puisque c'est elle qui a commencé à se battre, c'est elle qui recevra la punition. Plus humiliante que violente. La violence ces gamins s'en foutent. Et puis, je n'ai pas le courage de la corriger, ni même de l'emmener jusqu'en salle d'isolement.

-Toi tu vas nettoyer ces saloperies. Gentiment, et ensuite tu pourras partir.

Je lui désigne le sang qu'a laissé l'autre sur le sol. Il n'y a pas grand chose, aussi, je décide qu'il n'est pas nécessaire d'aller chercher une serpillère. Encore une fois, je fais au mieux pour être dans mon lit le plus vite possible. Elle n'aura qu'à utliser sa serviette, son uniforme, ses cheveux… Ce qu'elle veut.
Les autres sont déjà partis, moi je la fixe, et fronce légèrement les sourcils pour qu'elle comprenne qu'il ne s'agit pas d'une blague.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akane Hikage
969437
avatar

Messages : 507
Date d'inscription : 07/11/2010
Age : 34

Votre personnage
Âge: 26 ans
Cellule/Chambre: 7
Bloc-notes:

MessageSujet: Re: Fin de nuit Lun 19 Sep - 19:20

Il a appelé des renforts… super! Il n’en aurait pas eux vraiment besoin. Tout était déjà fini. Snaks saignait. Après avoir perdu plusieurs dents et avoir eux une blessure à la jambe, le voilà qui avait le nez ensanglanté. Le pauvre! Je me régalais de son humiliation. Celui qui avait reçu mon premier coup s’était redressé et me regardait de façon hargneuse, presque meurtrière. Tandis que ses deux "copains" se remettaient de mes coups, le troisième affichait un air innocent. Un petit quelque chose me donna envie d’en savoir un peu plus sur lui. Mon instinct me disait que je pouvais peut-être trouver quelque chose d’intéressant. Et les paroles du gardien attisèrent encore plus cette impression :

-Comme par hasard… Toi. Toujours toi.

Puis, il ajouta pour le groupe :

-Déclinez vos matricule, et vite.

-Neuf cent soixante-neuf mille quatre cent trente-sept.

Deux hommes arrivèrent. Tien, les renforts. Il semblait un peu essoufflé. Leur course n’aura servi à rien.

-Vous deux, dégagez. Toi 568234 tu suis monsieur Dajet à l'infirmerie. Et toi…

Les deux premiers sont partis sans demander leur reste et le troisième est parti à la suite de Dajet. Il ne restait plus que moi. Le deuxième gardien est parti aussi puisque sa présence n’était pas requise.

-Toi tu vas nettoyer ces saloperies. Gentiment, et ensuite, tu pourras partir.

Rien que ça? On disait tant de mal de Sadismus dans la première prison où j’avais été, mais finalement, elle n’était pas aussi pire que les rumeurs le disaient. À moins que ce ne soit que ce gardien. Il avait l’air fatigué, il avait donc sûrement fait un shift de nuit.
Je me suis penché et est essuyé le sang du revers de ma manche. Le sang… J’avais toujours aimé sa couleur. Je me suis redressé et je lui est dit :

- Merci d’être intervenu, mais permettez-moi de vous pauser une question : Pourquoi les avez-vous laissé partir sans même demander une explication? Je suis peut-être nouvelle, mais je ne pense pas que ce soit très courant de faire ça.

J’ai légèrement penché la tête sur le côté et mon attitude était neutre et mon visage indéchiffrable. Je savais que c’était assez rare une détenue qui remerciait son geôlier après qu’il lui ait donné une "conséquence" et je l’avais fait dans le but de le surprendre et peut-être de le déstabiliser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fin de nuit

Revenir en haut Aller en bas

Fin de nuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sadismus Jail :: Sadismus [derrière le barbelé] :: Étage principal :: Aile des prisonniers :: Couloirs-