AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Sania D'Aube... ne jamais se fier aux apparences

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Sania D'aube
272021
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 26/10/2010
Age : 27
Localisation : Bristol & London (U.K)

Votre personnage
Âge: 18 ans
Cellule/Chambre:
Bloc-notes:

MessageSujet: Sania D'Aube... ne jamais se fier aux apparences Mar 26 Oct - 7:47

■ Nom : D'Aube
■ Prénom : Sania
■ Matricule : 2720
■ Âge : 18 ans
■ Sexe : féminine
■ Date de naissance : 17 avril
■ Origine : Métisse Franco-Japonaise

■ Histoire :
Sania je fus baptisée quand je naquis à Paris il y a de cela dix-huit années. Dans ma petite enfance tout ce passait à merveille. Je vivais avec mes deux parents dans la ville reconnue pour sa romance et berceau du bohème. Ce calme et cette sérénité n'étaient pas faites pour durer, le bonheur est une chose éphémère. Un soir, je rentrais d'un dîner au restaurant avec mes parents quand quelque chose sur la route interpella l'enfant insouciante que j'étais. Échappant à la surveillance de mes parents et insensible aux bruits et aux lumières de la route je m'approchais voulant saisir l'objet de mon attention si particulière. Des phares éblouirent bientôt ma vision et ma mère se rua vers moi pour me protéger du danger que représentait cette voiture roulant à toute allure sur les pavés Parisiens. Malheureusement, ce soir la mort avait décidé de frappé et si elle ne m'emporta pas, elle saisit la vie de ma mère qui sous les roues mourut instantanément. Accablé par le chagrin mon père ne voulu habiter Paris où chaque rue, chaque parc et chaque chemin lui rappelaient son amour disparu à jamais. Nous partîmes donc pour Tokyo, ville de son enfance.
Il m'évitait, m'ignorait, agissait comme s'il n'avait jamais eu de fille et que je n'étais qu'une étrangère qui vivait là, sous son toit.
Le temps passa et je m'habituais à être orpheline et à vivre aux côtés d'un homme que je ne connaissais pas et qui n'exprimait ni le désir ni l'envie de me connaitre davantage.
Vint le temps pour moi d'entrer au collège. J'étais fière de quitter la maison, d'enfin rencontrer des gens. Chose étrange mon père alla m'acheter mon uniforme scolaire et pour la première fois depuis des années posa un regard sur moi. Je crus y déceler une sorte de regret et de joie en même temps. Bien entendus, mes yeux d'enfant ne comprenaient pas le réel sentiment qui s'y cachait. Il se détourna rapidement de moi et je commençais ma vie de collégienne. Un soir en rentrant de cours, il m'attendait dans la cuisine. Il m’annonça avec des mots vides qu'il allait se marier et que cette maison ne serait jamais calme. S'installèrent donc la belle-mère et son enfant. Je ne parlais jamais, ne trouvant pas ma place en cette famille digne d'une carte postale de nouvelle mode. L'attitude de l'auteur de mes jour ne changeait en rien et je n'étais pour lui que le mauvais souvenir d'une époque fortuite. Cependant, il me regardait souvent à la dérobée, je le remarquais en passant près de miroirs ou de fenêtres. Ces regards furent insupportables, mon être ne pouvait plus vivre sans comprendre. Un soir, en rentrant j'entendis une conversation entre mon père et cette nouvelle mère. Il exprimait tout son dégoût envers moi et regrettais que mes paupières ne camouflent pour l'éternité mes paupières. Les mots furent si durs que je déboulais dans la pièce. Ma belle-mère, surprise lâcha le couteau avec lequel elle coupait des légumes. Je me penchait et m'en saisit. La rage troublait ma vision, je plantais la lame dans la poitrine de cette femme entrée dans ma vie malgré moi. Épouvanté, mon père reculait, oh oui, il me regardait en face cette fois, il ne pouvait plus faire que cela. Il regardait le monstre qu'il avait par son ignorance créé. Je le tuais de dix coups acharnés de couteau... Un bruit résonna dernière moi, de la vaisselle cassée. Mon beau frère avait tout vu, tout observé. Je haïssais cet enfant qui avait été plus aimé par mon propre père, alors, je lui ôtais aussi la vie. Je restais ensuite des semaines dans cette maison maudite et souillé par les odieux crimes que j'avais commis. Le lycée inquiet envoya les autorités. Ils voulurent m'emenner de force, je résistais, tuant un homme au passage... Je fus pour la première fois encagée. Deux mois passèrent avant mon jugement. On me décréta psychologiquement faible et je suis placée en hôpital psychiatrique plutôt qu'emprisonnée. Je fus, violée, bafouée, mal traitée par mon psychiatre... Mais peu avant ma majorité, on jugea que je pouvais reprendre une vie normale. On m'employa dans une usine. J'entrepris de garder mon calme et de jouer au mouton obéissant pendant quelques moi. Mais je n'avais pas oublié les violences que j'avais subies à l'hôpital. Je me renseignais sur mon bourreau. C'était un homme qui apparemment avait une vie parfaite, 2 enfants, un chien, une femme. Je m'introduisit par un matin d'avril chez lui. C'était un samedi. Je m'attaquais d'abord aux enfants les torturants jusqu'à ce que la mère alarmée par les cris arriva, je la tuais sans plus de cérémonie et attendis que l'homme dont je voulais me venger rentre de sa promenade. N'entendant plus que les cris des enfants. Il se précipita à l'intérieur, où je le torturais également puis quand j'en eu assez je tuais sous ses yeux ses enfants puis je quittais sa maison. Mais erreur fatale de ma part, l'homme trouva la force d’appeler à l'aide et l'on me repéra facilement. C'est ainsi que moi Sania D'aube, 18 ans, tout juste sortie de l'enfance me retrouvais coincée entre quatre murs. On me jugea trop dangereuse pour chacune des prisons japonaises et françaises. On m'envoya directement à Sadismus.

■ Apparence physique : Je suis à ce que l'on dit une jolie fille. Bien entendu tout est relatif. Je suis assez fière de mes longs cheveux noirs typiquement asiatiques. Mon métissage est un avantage non négligeable, j'ai hérité des yeux bleus de ma mère avec la peau très pâle de mon père. J'ai la taille moyenne pour mes origines japonaises, c'est à dire que je suis petite pour les Européens (1m55). Mon visage est très souvent inexpressif, pas comme une impression de blasage, , on a l'impression que je me contente d'observer sans rien dire et ne rien penser. Je ne pense pas être particulièrement attirante, je n'ai pas d’arguments physiques qui plaisent par ici. Mon seul et unique charme notable est juste ce visage dont je suis si fière. Comme je suis menue en revanche, c'est un réel avantage pour moi car je peux me faufiler où je veux et rester très discrète. Cela tombe bien, discrétion, c'est mon surnom (entre autres...). En revanche, malgré mes 40 kilos toute mouillée, je possède une assez grande force que j'entretiens en me musclant ou en courant chaque jour naissant.

■ Caractère : Malgré mon calme apparent je suis très loin de l'être. En effet, je bous continuellement. Mon jeune âge est un atout dont je sais me servir, depuis toujours je me tais, restant à l'écoute et quand par malheur je me mets à parler j'ai énormément d'arguments et je ne pèse pas mes mots. Je n'ai jamais réellement aimé les gens, surtout les hommes alors j'aime le faire payer. Innocents, ou coupables, tous ceux qui se trouvent sur mon chemin peuvent subir mes foudres. Durant ma scolarité, j'ai plusieurs fois été internée en psychiatrie, depuis je camoufle à merveille mes pulsions sadiques que je laisse sortir uniquement sous cape... Vous me trouvez hypocrite ? Vous n'avez pas idée d'à quel point je peux l'être, rien ne me freine et ce n'est pas la prison qui me calmera. Outre cela, quand je me lie d'amitié avec quelqu'un ou que je décide qu'une personne en vaut la peine, je suis très fidèle et peux aller n'importe où pour cette personne ou jusqu'à faire n'importe quoi. De même pour ceux qui m'ont déçus, ils souffriront jusqu'à ce qu'ils regrettent ou le payent de leur vie. Tuer de sang froid ou torturer ne me font pas peur; je suis même souvent sujette à diverses crises d'angoisse et de folie. Dans ces terribles moments, je ne maîtrise absolument plus rien, je pourrais tuer n'importe qui de mes mains... En fait, j'aurais probablement dû aller en psychiatrie et ne jamais en ressortir mais il faut croire que je les ai effrayé...

■ Ancien emploi/occupation : Je sortais juste du lycée et d'atteindre ma majorité quand on a enfin pu me définir comme la coupable de diverses agressions

■ Orientation sexuelle : J'ai d'étranges préférences, aucune de vraiment chrétiennes. A vous de les découvrir, ou de me laisser vous séduire Wink

■ Accusations portées contre votre personnage : Acharnement physique et verbal contre des hommes de loi. Matricide, Parricide et infanticide. Sadisme et violence répétitifs à l'encontre d'innocents.


■ Armes : Toujours aux armes blanches. Ne jamais sous estimer un joli coupe papier, une aiguille à coudre ou un simple cuter.


Dernière édition par Sania D'aube le Sam 30 Oct - 19:34, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maybeth Greene
9130 Propriété de Jeffie-chou
avatar

Messages : 1597
Date d'inscription : 13/01/2010
Age : 28
Localisation : Québec

Votre personnage
Âge: 27
Cellule/Chambre: Chambre 2
Bloc-notes:

MessageSujet: Re: Sania D'Aube... ne jamais se fier aux apparences Mar 26 Oct - 10:36

Bienvenue sur le forum.
Up quand tu auras terminé.
(sinon on ne s'en rendra pas compte)
Et change ton avatar.
Ce doit être un dessin et non une photo.

_________________
Would you do it with me
Heal the scars and change the stars
Would you do it for me
Turn loose the heaven within

Nightwish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sadismus.keuf.net
Sania D'aube
272021
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 26/10/2010
Age : 27
Localisation : Bristol & London (U.K)

Votre personnage
Âge: 18 ans
Cellule/Chambre:
Bloc-notes:

MessageSujet: Re: Sania D'Aube... ne jamais se fier aux apparences Mar 26 Oct - 12:36

D'accord =) et merci =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maybeth Greene
9130 Propriété de Jeffie-chou
avatar

Messages : 1597
Date d'inscription : 13/01/2010
Age : 28
Localisation : Québec

Votre personnage
Âge: 27
Cellule/Chambre: Chambre 2
Bloc-notes:

MessageSujet: Re: Sania D'Aube... ne jamais se fier aux apparences Mar 26 Oct - 13:20

Mais pas de quoi. Smile

_________________
Would you do it with me
Heal the scars and change the stars
Would you do it for me
Turn loose the heaven within

Nightwish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sadismus.keuf.net
Sania D'aube
272021
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 26/10/2010
Age : 27
Localisation : Bristol & London (U.K)

Votre personnage
Âge: 18 ans
Cellule/Chambre:
Bloc-notes:

MessageSujet: Re: Sania D'Aube... ne jamais se fier aux apparences Ven 29 Oct - 10:25

up Smile (s'il manque des choses, pourriez vous m'en informer s'il vous plait ?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maybeth Greene
9130 Propriété de Jeffie-chou
avatar

Messages : 1597
Date d'inscription : 13/01/2010
Age : 28
Localisation : Québec

Votre personnage
Âge: 27
Cellule/Chambre: Chambre 2
Bloc-notes:

MessageSujet: Re: Sania D'Aube... ne jamais se fier aux apparences Ven 29 Oct - 13:02

Je te valide. Je vais te faire une cellule, installer ton matricule et tout le bataclan.

Bon séjour parmi nous Smile

_________________
Would you do it with me
Heal the scars and change the stars
Would you do it for me
Turn loose the heaven within

Nightwish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sadismus.keuf.net
Galatée

avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 08/05/2011

MessageSujet: Re: Sania D'Aube... ne jamais se fier aux apparences Sam 3 Aoû - 16:22


Bonjour.

L'Archipel est un groupe d'état virtuels sur le même forum.

Un état virtuel est la reconstitution d'un état avec ses diverses forces politiques.

Chaque joueur peut utiliser plusieurs personnages mais il vaut mieux éviter de jouer plusieurs chefs d'état.

Par contre, on peut se créer sans difficulté une ribambelle de domestiques.

Il n'y a pas de MJ. J'ai horreur de ça.
Cependant la webmestre peut avoir à trancher sur toutes situations imprévues au cas où un consensus ne se dégagerait pas après consultation.

Il n'y a pas non plus de contraintes quant à la teneur et surtout à la longueur des messages.
Il vaut mieux passer tous les soirs commettre trois lignes que de s'infliger des pavés une fois par semaine, d'autant plus que si plus de trois joueurs interviennent de la sorte dans le même sujet, on se décourage d'avoir à lire toute cette prose.

Les noms des premiers royaumes sont donnés à titre d'exemples.
Chaque joueur peut faire vagabonder son imagination et rien ne s'oppose à la création d'un royaume de Yamoto avec noms japonais, mais "royaume de France" sera refusé.

On peut se faire la guerre entre états comme on peut commercer.

Dans un état, on peut faire des intrigues de palais comme avoir des histoires d'alcôve.

A bientôt dans notre Archipel :
http://archipel.xooit.fr/index.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://archipel.xooit.fr/index.php
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sania D'Aube... ne jamais se fier aux apparences

Revenir en haut Aller en bas

Sania D'Aube... ne jamais se fier aux apparences

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sadismus Jail :: Avant de vous faire châtier :: Dossiers personnels :: Prisonniers validés-