AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Deux ans de vacances, c'est court

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Maya Cañopez
749203
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 05/07/2010
Age : 39
Localisation : Corse

Votre personnage
Âge: 22
Cellule/Chambre: 5
Bloc-notes:

MessageSujet: Deux ans de vacances, c'est court Mer 14 Juil - 16:51

Le bruit du fourgons sur la route. J'ai une forte sensation de déjà vu, mais c'est normal, j'ai déjà prise cette route une fois il y a un peu plus de deux ans. Mais les circonstances sont différente cette fois. Je suis parfaitement consciente. on peux dire que je suis bien mieux traitée par rapport à la dernière fois. Il faut dire que j'ai été plutôt sage cette fois, que trois tentatives pour leurs fausser compagnie, pas d'insultes, et quand ils m'ont rattraper, pas de résistance futile.

Bon je ne dirais pas qu'on a sympathisé non plus, n'exagérons pas non plus. Je porte le même type de chaine aussi, aux poignet et aux chevilles. Je regarde le paysage et j'en vient a regretter d'être réveillée, c'est dépriment de gris , aucun relief. En plus il pleut, un petit crachin qui fait que même avec un imper, on est humide. Les gardiens s'agitent. Je tourne la tête que je comprends pourquoi, nous sommes arrivé à destination. Le fourgon s'arrête à une dizaine de mettre de la porte. Je vois que le nouveaux directeur doit avoir un égo surdimensionné ou avoir besoin de compenser quelque chose : les portes sont plus grandes que le mur. Enfin pour moi c'est bon signe, il suffira de faire sauter les gond pour qu'elles s'écroulent. Et voilà ça me reprends, je planifie déjà mon évasion. Remarquez je me suis déjà évadé d'ici, Sadismus ne revêt plus le caractère légendaire d'un alcatraz.

Le premier gardien descends après avoir enfilé un coupe vent, puis on m'aide a descendre, puis le second gardien vient m'encadrer. Le chauffeur descends a son tour et va sonner à l'interphone. On attend.


Dernière édition par Maya Cañopez le Mar 3 Aoû - 17:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sean Weiss
2382
avatar

Messages : 809
Date d'inscription : 25/01/2010
Age : 27
Localisation : Québec

Votre personnage
Âge: 24 ans
Cellule/Chambre: Chambre 1
Bloc-notes:

MessageSujet: Re: Deux ans de vacances, c'est court Sam 31 Juil - 9:44

    -C’est bon, vous pouvez entrer, je dis dans l’interphone.

    J’enfile une veste sans trop me presser. Les recherches pour retracer les anciens prisonniers de Sadismus sont toujours en cours. Après l’incendie, des dossiers ont été perdus, des morceaux de base de données et tout le monde a été réparti dans d’autres prisons de façon plutôt pêle-mêle. Je ne serais pas surpris que certains aient pu profiter de la confusion pour se faire la belle. En ce cas, mes agents les recherchent eux aussi. Quand on m’appelle pour me dire qu’on en a retrouvé un autre et qu’on le ramène au bercail, je ne peux m’empêcher de ressentie une petite bouffée de plaisir. J’imagine la tête de ces malfrats quand on leur annoncer que les vacances sont finies, que Sadismus les attend à nouveau. Mes hommes me font des rapports. Certains pètent littéralement les plombs. À ce moment j’imagine que leur première expérience entre nos murs a été particulièrement pénible. Aujourd’hui je ne m’imagine rien de tel. On m’a parlé de cette détenue en me disant à quel point elle avait gardé son sang froid à cette annonce.

    Je ne suis donc pas surpris de trouver, dans la cour, une jeune femme droite entre deux gardiens, qui regarde partout, comme essayant de voir ce qui a changé depuis la dernière fois.

    -Tout a été fortifié. Les fondations, les murs, le sol. Vous remarquerez probablement, en entrant, les systèmes anti-incendie. Ils sont parfaitement fonctionnels et arroseront quiconque jouera avec le feu entre mes murs. Les divisions de l’espace ont aussi un peu changé, d’ailleurs. Mais on dit que vous êtes maline; vous vous y retrouverez sans doute rapidement.

    Je m’arrête devant elle, fais signe aux deux gardiens de partir; leur travail est fini.

_________________
I can't believe This could be the end And if it's real Well I don't want to know Our memories Well, they can be inviting But some are altogether Mighty frightening As we die, both you and I With my head in my hands I sit and cry It's all ending
No Doubt - Don't Speak
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maya Cañopez
749203
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 05/07/2010
Age : 39
Localisation : Corse

Votre personnage
Âge: 22
Cellule/Chambre: 5
Bloc-notes:

MessageSujet: Re: Deux ans de vacances, c'est court Mar 3 Aoû - 17:52

Je regarde le gardien de droite donner les clés de mes menottes à cet homme, et recueillir quelques signatures en bas d'une liasse de formulaire, accusé de réception, bon de livraison, extension de garantie comme un produit électroménager. J'ai un bref soupire, alors que je me livre à une rapide inspection visuelle de la structure de la cour, celui qui m'accueille m'annonce la couleur. Il faut croire de que je connue ? Non l'allusion au feu est du à l'incendie, pas à mon casier .
Ah si il connait mon dossier, c'est un gardien consciencieux. Il ne porte pas l'uniforme, c'est pas un gardien, probablement un administratif. Il y a peu de chance que ce soit le directeur, je doute qu'il serait descendus me réceptionner en personne.

Très bien Monsieur je vous crois sans peine. Pour être franche quand j'ai appris la reprise d'activité de Sadismus, j'ai su que mon retour n'était qu'une question de temps.

Merde ! la boulette il faut vite rattraper le coup !
Je suis brusquement tendue, et cela doit transparaitre dans mon regard et ma posture

Je vous prie de m'excuser monsieur*raclement de gorge* Matricule Sept cent quarante neuf deux cent trois, Cañopez Maya

Nous arrivons à l'entrée du bâtiment proprement dit, et en effet je vois déjà des changements majeurs. J'essaie de retrouver mon calme en contrôlant mon souffle. Longue inspiration, pause, lente expiration, encore, pour que le cœur suive le rythme. Heureusement que notre vitesse est limité par les chaines de mes chevilles, j'ai le temps de faire l'exercice plusieurs fois, et la pluie masque la sueur froide sur mon front.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sean Weiss
2382
avatar

Messages : 809
Date d'inscription : 25/01/2010
Age : 27
Localisation : Québec

Votre personnage
Âge: 24 ans
Cellule/Chambre: Chambre 1
Bloc-notes:

MessageSujet: Re: Deux ans de vacances, c'est court Sam 14 Aoû - 8:53

    -Très bien Monsieur je vous crois sans peine. Pour être franche quand j'ai appris la reprise d'activité de Sadismus, j'ai su que mon retour n'était qu'une question de temps.

    Eh bien, pensé-je en arquant un sourcil. Effectivement, elle est loin d’être bête, cette jeune femme. Très réaliste, très terre à terre. Elle connait ses crimes et sait qu’elle mérite sa place ici. Mais je suis certain que quelques anciens prisonniers ne s’attendaient pas – ou espéraient – que la prison ne ferait pas de rappel général. Tant pis pour eux; ils ont été pris de court.

    -Je vous prie de m'excuser monsieur. Matricule Sept cent quarante neuf deux cent trois...

    Mes oreilles se bouchent d’elles-mêmes pour ne pas entendre son nom. Ces gens ne doivent pas être humains, pour moi. Je ne dois les identifier que par ces numéros. Pour qu’un être humain n’en soit plus un, il faut lui retirer deux choses; son nom, et sa dignité. Sadismus se charge de faire les deux. La jeune femme semble tendue. Avec un dossier comme le sien, moi aussi je serais tendue en remettant les pieds ici. Durant son ancien séjour, elle n’a pas du se faire que des amis. Personne ne peut venir ici et l’espérer.

    -Je ne vous ferai pas de longs discours. Vous savez probablement déjà à quoi vous attendre en entrant. Vous retrouverez sensiblement la même ambiance que lorsque vous êtes partie. Les règlements n’ont pas changé non plus. Vous pouvez aller et venir à des heures précises. Vos camarades de cellule se feront sans doute un bien plus grand plaisir que moi de tout vous expliquer, si vous avez des interrogations. Je vous rappelle uniquement qu’ici, vous n’avez plus de droits. Mais j’imagine que vous le saviez déjà.


_________________
I can't believe This could be the end And if it's real Well I don't want to know Our memories Well, they can be inviting But some are altogether Mighty frightening As we die, both you and I With my head in my hands I sit and cry It's all ending
No Doubt - Don't Speak
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maya Cañopez
749203
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 05/07/2010
Age : 39
Localisation : Corse

Votre personnage
Âge: 22
Cellule/Chambre: 5
Bloc-notes:

MessageSujet: Re: Deux ans de vacances, c'est court Lun 30 Aoû - 12:29

Je me souviens bien de cela Monsieur

Nous ne croisons qu'un garde qui fait une ronde, sans doute l'heure n'est pas aux ballades. C'est étranges d'entendre nos pas résonner ainsi alors que je sais pertinemment que l'endroit est peuplé. Peut etre quand nous serons plus proche des quartiers des détenus.
Je me demande qui je vais retrouver. je souris à la question elle même, je me la pose comme si c'était la rentrée des classes. Je verrais bien en temps voulu. J'ai hate d'arriver à ma cellule, mes menottes commence à m'irriter les poignets.

Y aura t il une visite médicale ? la dernière fois on m'a fait passer devant la psychologue.

Le docteur Greene ... je doute la revoir un jour. Si elle a deux sous de jugeote, elle se gardera bien de remettre les pieds ici. Je l'aimais bien, c'est pour ça que j'espère qu'elle est loin, pour son bien. Il ne faut pas être sain d'esprit pour etre ici volontairement. Si je me souviens bien, elle n'était pas la depuis plusieurs jours quand il y a eu l'incendie. c'est une bonne chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sean Weiss
2382
avatar

Messages : 809
Date d'inscription : 25/01/2010
Age : 27
Localisation : Québec

Votre personnage
Âge: 24 ans
Cellule/Chambre: Chambre 1
Bloc-notes:

MessageSujet: Re: Deux ans de vacances, c'est court Dim 12 Sep - 13:21


    Vous vous souvenez ? je songe. Je vois mal comment on pourrait oublier un séjour à Sadismus. Probablement que tous les prisonniers de l’ancienne prison ont gardé un souvenir très vivant de leur premier enfermement ici.

    -Y aura t il une visite médicale ? La dernière fois on m'a fait passer devant la psychologue.

    Je tique, et m’arrête. Qu’est-ce que tout le monde a à me parler de cette satanée psychologue, depuis quelques jours ? Je regrette de plus en plus de l’avoir engagée. Les prisonniers vont se reposer sur ce soutien moral pour tenter de rendre leur séjour ici moins pénible, ce qui est absolument insupportable, pour moi.

    -La visite médicale vous sera imposée, effectivement. Nous examinons la santé de tout le monde car nous ne tenons pas à la transmission d’un virus, ou de quoi que ce soit provenant de l’extérieur.

    Mon ton est peut-être un peu plus brusque qu’avant qu’elle ne me parle de la psychologue. Il est évident qu’elle parle de celle qui était là avant, de celle que j’ai réengagée. Même ceux qui ne savent pas qu’elle est ici l’apprécient. Je grommelle, agacé. Je ne tiens pas à offrir des « alliés » à mes détenus.

    -Quant à mademoiselle Greene, elle est disponible sur demande ou sur une requête spéciale de sa part.

    Mais bon … ici tout le monde est fou. Elle ne chômera probablement pas.

_________________
I can't believe This could be the end And if it's real Well I don't want to know Our memories Well, they can be inviting But some are altogether Mighty frightening As we die, both you and I With my head in my hands I sit and cry It's all ending
No Doubt - Don't Speak
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maya Cañopez
749203
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 05/07/2010
Age : 39
Localisation : Corse

Votre personnage
Âge: 22
Cellule/Chambre: 5
Bloc-notes:

MessageSujet: Re: Deux ans de vacances, c'est court Mer 15 Sep - 19:10

D'accord, merci pour ces précisions monsieur.

Alors le Docteur Greene a rempilé ... elle est plus fondue que je ne pensais, ou vraiment en manque d'argent. Il a haussé le ton aussi, j'ai sans doute touché un point sensible. Un désaccord peut être ? en tous cas si il y a un conflit de hiérarchie, c'est intéressant. Si il n'y a pas de cohésion dans l'équipe, il est plus facile d'obtenir des passe-droits ou de petits avantages.

Nous continuons de marcher dans les couloirs, ils sont froids et sans âme. Tout a fait comme ceux d'avant. En fait non il sont plus neufs, plus aseptisés. Oui c'est ça, c'est pour cela qu'ils me semblent plus froid et impersonnels encore. Il manque les traces de passages, les petites saletés, pourquoi pas un petit graffiti par ci par là. J'espère qu'on arrive bientôt, j'ai envie qu'on m'enlève mes chaines, j'ai envie de me sécher et de changer de fringue. Beuh je suis sure que je sens le chien mouillé.

Je me demande sur quoi je vais tomber tient. Si c'est comme avant, les cellules comme le reste sont mixte. je ne sais pas trop ce que je dois penser de cela. Mais ce qui est sur, c'est qu'on me demandera pas mon avis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sean Weiss
2382
avatar

Messages : 809
Date d'inscription : 25/01/2010
Age : 27
Localisation : Québec

Votre personnage
Âge: 24 ans
Cellule/Chambre: Chambre 1
Bloc-notes:

MessageSujet: Re: Deux ans de vacances, c'est court Mer 6 Oct - 22:33


    -D'accord, merci pour ces précisions monsieur.

    Oui bon passons, ça ne sont que des formalités que je me devais d’acquitter, de toute façon. Ça n’est pas comme si je m’étais fendu en quatre pour vous apporter des réponses ou des explications. Je me contente de grommeler quelque chose qui veut dire « pas de quoi me remercier » mais qui ressemble plus à un grognement qu’à une quelconque forme de langage. Je me racle la gorge discrètement. Nous sommes à proximité de l’aile des détenus. C’est un endroit où je ne suis pas particulièrement populaire, mais je ne suis pas effrayé ni même gêner de m’y rendre. Voir la frustration dans les regards de ces hommes et de ces femmes est toujours un … plaisir.

    -Vous y êtes presque.

    Je fais signe, par une caméra, qu’il faudrait nous ouvrir la porte. Dans sa salle de surveillance, le gardien doit avoir compris parce que retentit aussitôt la sonnette qui m’avertit que la porte est déverrouillée. La plupart des détenus sont bien sagement installés dans leur cellule. Les autres doivent trimer quelque part, parler entre eux de sujets insignifiants. Aussi insignifiants que ce qu’est devenue leur vie depuis qu’ils se trouvent ici. Je désigne une porte de la main à la détenue 749203. Je la laisse passer devant moi, puis je tripote mon trousseau de clé pour trouver celle qui ouvre les cellules. J’ouvre la sienne. Un type qui ne me prête pas attention s’y trouve, ainsi que Blondie, la fille à papa qu’on nous a envoyé il y a peu. L’autre, je ne sais pas où il est.

    -C’est ici que nos chemins se séparent. J’espère, pour vous comme pour moi, qu’il ne nous sera pas donné de nous revoir.

_________________
I can't believe This could be the end And if it's real Well I don't want to know Our memories Well, they can be inviting But some are altogether Mighty frightening As we die, both you and I With my head in my hands I sit and cry It's all ending
No Doubt - Don't Speak
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Deux ans de vacances, c'est court

Revenir en haut Aller en bas

Deux ans de vacances, c'est court

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sadismus Jail :: Sadismus [derrière le barbelé] :: Dehors :: Devant les portes-