AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Louny , sucrerie sur patte [ Fini ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Louny , sucrerie sur patte [ Fini ] Mar 6 Juil - 12:33

■ Nom : d’Archambeau
■ Prénom : Luna, mais en général on m’appelle Louny. Que les prisonniers ou les membres du personnel m’appelle par mon surnom ne me dérangent pas, je ne suis pas vraiment une maniaque de la hiérarchie.
■ Matricule : 8888
■ Âge : Vingt-cinq printemps
■ Sexe : Féminin
■ Date de naissance : Le 22 Décembre, date du solstice d’hiver
■ Origine : Franco-Egyptienne. En effet, je suis égyptienne par ma mère et française par mon père.

■ Apparence physique : Je ne vois pas en quoi me décrire physiquement est une question pertinente pour un entretien d’embauche. Je veux dire, ma photo est agrafée là en haut à droite alors tout cela me laisse assez perplexe. M’enfin si vous y tenez, allons y.

Pour commencer, disons que ce n’est pas derrière moi que vous viendrez vous cachez en cas de menace de mort. Non seulement je n’ai rien d’une armoire à glace, mais en plus je suis petite. J’atteins péniblement le mètre soixante-cinq. Quant à mon épaisseur disons qu’elle est en accord avec ma taille. J’ai la chance d’être bien proportionnée, même si je ne cracherais pas sur le fait d’avoir un peu plus de formes. Je n’irai pas jusqu’à dire que je suis plate comme une limande, mais honnêtement je suis très loin de Pamela Anderson. A ce stade si vous imaginez une fille frêle et menue, c’est que vous avez bien suivit. A cela vous pouvez ajouter une peau claire à la blanche-neige. Appelé moi le spectre si cela vous amuse, je m’en moque.

Je m’en moque car si vous m’énervez, vous risquez de vous retrouver par terre sans comprendre pourquoi. Je pratique de nombreux sports, ce qui fait que je possède un corps ferme et finement musclé. Mais je suis surtout née avec une force qui n’a rien à voir avec mon apparence. J’attends toujours celui ou celle qui me battra à ce niveau là. Mais il est rare que j’en arrive à de telles extrémités, mon visage n’inspirant pas vraiment la haine. Mes traits sont fins, un peu à la manière d’une poupée. D’ailleurs on me donne toujours moins que mon âge, ce qui est assez agaçant à la longue. Combien de fois je vais devoir répéter que non, je ne sors pas de l’école et que oui, çà fait un moment que je n’ai plus vingt ans ?

Pour finir, disons que j’ai de grands yeux gris très lumineux et une crinière brune assez imposante qui tend vers le roux les jours d’été. Mon sourire est probablement ce qui est le plus réussi chez moi, je ne compte plus les situations où il m’a sauvé la mise. Çà y est c’est bon, je peux arrêter ?

■ Caractère : Les gens disent de moi que je suis douce, gentille et toujours de bonne humeur C’est sans doute vrai. Mais ce qu’ils ne savent pas, c’est que je suis gentille par facilité et non par nature. C’est tellement plus simple d’être gentil et adorable avec tout le monde. Quant vous êtes comme çà, les gens vous fichent la paix. Ils ne cherchent pas plus loin que votre gentillesse et votre propension à écouter leurs malheurs. Jusqu’à présent, personne ne m’a jamais demandé pourquoi j’étais gentille, en revanche j’ai souvent entendu des gens devoir s’expliquer sur leur’ mauvaise ‘ conduite. De toute façon, quand on a la réputation d’être un ange, les conneries que vous faites sciemment deviennent des ‘ erreurs de jugement’ ou bien vous avez été victime ‘d’abus de confiance ‘ . Elle est pas belle la vie quand même ?

Quant à ma douceur, disons que par définition une infirmière doit éviter de martyriser ses patients, enfin moi c’est comme çà que je conçois le métier. Je suis là pour soigner et aider, par pour jouer les brutes épaisses même si certains patients sont très pénibles. Mais je suis patiente, ce qui aide beaucoup. Une bonne technique pour éviter de distribuer des baffes, c’est de s’imaginer en train de le faire. Vous verrez çà détend et çà soulage. En vérité, le seul des trois qualificatif que l’on accorde volontiers à ma personne actuellement et qui a toujours fait partie de mon quotidien, c’est ma bonne humeur. C’est dans ma nature, il n’y a rien à faire.

Rien n’arrive à me zapper durablement le moral. Bien sûr j’ai des coups de bleues parfois, comme tout le monde, mais çà ne dure jamais bien longtemps. D’abord parce que je déteste m’apitoyer sur mon sort, et ensuite parce que je vois toujours la vie du bon côté. Je ne dis pas que je vis sur un nuage rose en permanence, mais je n’en suis pas très loin. Et je vous jure que je ne me drogue pas pourtant. Enfin, çà dépend, le sucre çà compte ?

■ Histoire : Raconter mon histoire ? Je veux bien, mais elle n’a rien de passionnant. Il n’y a pas de drame traumatisant ni de bonheur euphorique à raconter.

Je suis née à Alexandrie en Egypte, d’un père français répondant au nom de Pierre et d’une mère Egyptienne, Lena. Je suppose qu’ils ont tout les deux souffert de leur statut d’enfant unique, parce qu’ils se sont sentis obligés de me faire toute une flopée de frère et sœurs. En tout, j’en ai quatre. Trois garçons et une fille, Ismaël (22 ans), les jumeaux Liam et Lucas (20 ans), et la petite dernière Magie (16 ans). L’avantage d’être nombreux c’est qu’on ne s’ennuie jamais. Il y en a toujours un pour faire une connerie ou pour être à l’origine d’un psycho-drame .Je ne sais pas si c’est typique des familles nombreuses, mais chez nous, toutes les grandes ‘discutions ‘ - comprendre crise de nerf familiale - démarre a cause de la nourriture.

N’allez pas croire que ma famille me pèse, je les adore et je ne les échangerais pour rien au monde, mais parfois j’aspire à un peu de calme. Je n’ai jamais été éloignée d’eux, et j’avoue que c’est la seule chose qui m’inquiète par rapport à mon arrivée à Sadismus. Je ne suis pas sûre de survivre sans eux. Et puis j’espère qu’il y a un bon hôpital tout près. Non parce que je suis atteinte d’une insensibilité congénitale à la douleur, et que je dois donc faire un check-up complet dès que je me prends une porte. Pour ceux qui ne savent pas ce que c’est, il s’agit d’une maladie génétique très rare, qui se caractérise par l’absence de la sensation de douleur. Si je me brule, la seule chose qui va m’alerter c’est l’odeur de chair roussie, et çà se solde par une brulure au troisième degré. Le fait que je sois toujours en vie est un petit miracle, les personnes ayant cette maladie ne faisant pas de vieux os. Les gens oublient souvent que la douleur sauve. Personne ne sait que j’ai cette maladie en dehors de ma famille, j’ai appris au fil des années à stimuler la douleur. Être regardée comme une bête de foire ne me tente pas.

De mon enfance, je garde principalement des souvenirs heureux, fait de sucrerie et d’ours en peluche. J’avais de nombreux camarades de jeux, sans doute parce que j’étais partageuse et souriante. Je me suis souvent retrouvée à l’hôpital du coin pour pas grand-chose, mes parents dramatisant tout. J’étais la petite chose fragile à protéger en quelque sorte. En grandissant, ils me laissèrent plus de liberté mais même aujourd’hui je sais que s’ils me voient trébucher, ils vont s’arracher les cheveux en se demandant si je me suis casée un truc. Le fait que j’ai passé la moitié de ma vie entre les murs des hôpitaux ne m’a pas empêché de m’amuser et d’apprendre à me débrouiller. J’ai surtout appris à mentir en fait. Mentir pour cacher ma maladie, mentir pour rassurer mes parents, mentir à tout ceux que je croisais. Je suis assez douée pour çà, même si je n’apprécie pas de le faire.

Et puis c’est tout. Parce que si on regarde mes différentes années passées sur terre , c’est toujours la même chose . Je me fais des amis, je passe du temps avec ma famille, je passe du temps avec mes amis, j’étudie / je travaille , etc. C’est bien simple, la seule chose d’un peu excitante que j’ai fait en vingt-cinq ans, c’est d’apprendre à me battre . J’ai remporté plusieurs compétitions quand j’étais étudiante, mais j’ai laissé tomber quand j’ai eu mon premier job. Je n’ai jamais vraiment pris de risque, et çà commence sérieusement à me peser. Je crois que c’est un peu pour çà que j’ai accepté de venir à Sadismus, pour voir des gens qui eux, ont passé leur vie à prendre des risques.

■ Ancien emploi/occupation : Avant d’arriver à Sadismus, je travaillais au service des urgences dans un hôpital. J’y serai encore si l’hôpital en question n’avait pas eu des soucis financiers qui se réglèrent en licenciant une partie du personnel.
■ Orientation sexuelle : Vous ne pouvez pas m’obliger à répondre à cette question. Ceci dit comme je me tamponne le popotin de votre opinion à ce sujet, je suis chocosexuelle. J’assume totalement mon amour immodéré pour le chocolat. Vous pensez que je me moque de vous ? Quel sens de la déduction vraiment, j’en suis éblouie.

■ Accusations portées contre votre personnage : /
■ Poste occupé dans la prison : Infirmière
■ Armes : Mon sourire

[N’ayant jamais fait de ma vie du rp à la première personne, le résultat est peut-être un peu étrange ... Je m'en excuse d'avance ]
Revenir en haut Aller en bas
Maybeth Greene
9130 Propriété de Jeffie-chou
avatar

Messages : 1597
Date d'inscription : 13/01/2010
Age : 28
Localisation : Québec

Votre personnage
Âge: 27
Cellule/Chambre: Chambre 2
Bloc-notes:

MessageSujet: Re: Louny , sucrerie sur patte [ Fini ] Mer 7 Juil - 8:26

Le résultat n'est pas étrange, très chère.
Cette fiche est parfaite et je ne peux faire autrement que de te souhaiter la bienvenue, et un bon séjour parmi nous.

Bonne vie à Sadismus. Tu es validée.
_________________
Would you do it with me
Heal the scars and change the stars
Would you do it for me
Turn loose the heaven within

Nightwish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sadismus.keuf.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louny , sucrerie sur patte [ Fini ] Mer 7 Juil - 12:10

Merci ^-^ * Toute émue d'être validée du premier coup *
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Louny , sucrerie sur patte [ Fini ]

Revenir en haut Aller en bas

Louny , sucrerie sur patte [ Fini ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sadismus Jail :: Pour relaxer un peu :: Archives-