AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Sous la pluie [Maria]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Aaron Sturk
1176
avatar

Messages : 350
Date d'inscription : 08/06/2010

Votre personnage
Âge: 28
Cellule/Chambre: 4
Bloc-notes:

MessageSujet: Sous la pluie [Maria] Jeu 10 Juin - 16:52

Je descends du minibus, ma valise à la main, et je reste planté devant cet immense édifice au style lourd et imposant. Je lève les yeux, alors que la pluie tombe furieusement dans un violent fracas, et contemple ces pierres grises et triste qui constitueront désormais mon lieu de travail et mon chez moi. Je ne suis ni effrayé, ni excité. Je ne me rends peut être pas bien compte de la situation. Demain qui sait, quand je serais installé, je réaliserai alors que je suis de nouveau parti pour une nouvelle vie. Et là, il est possible que j’angoisse un petit peu. Pour le moment, rien, aucune émotion. C’est à peine si je sens que mes cheveux déjà trempés dégoulinent paresseusement sur me chemise dont le tissu qui se colle à ma peau devient peu à peu transparent.

Nonchalamment, j’empoigne mes bagages et m’approche de l’entrée dite réservée au personnel. Je peux alors rapidement m’apercevoir qu’ils n’ont pas lésiné sur la sécurité. Il y a deux caméra de surveillance –ou en tous cas je n’en vois que deux, peut être y en a-t-il plus- la porte blindée semblerait pouvoir résister à n’importe quoi si ce n’est au temps. N’ayant pas encore le code d’accès à la prison, je me retrouve obligé de sonner et d’attendre qu’on vienne me chercher.

Ne sachant pas quelle est la politique de la maison sur les cigarettes, je décide de m’en griller une rapidement, tant que je suis encore dehors. De toute façon, ils n’ont pas vraiment l’air pressés de venir m’ouvrir. Je me colle un peu plus au mur, essayant de me protéger de ce déluge et tâte les poches de mon pantalon. Je trouve mes feuilles, mon tabac, pas mes filtres. Ah oui, j’ai terminé le paquet sur le chemin, j’en ai d’autres dans ma valise je crois. Pas le temps pour cette fois, tant pis, ce sera à la dure. D’un geste expert je me fais donc une roulée que j’allume tant bien que mal avec le vent qui souffle décidément de plus en plus fort et commence même à me faire frissonner. C’est un temps à rester au lit…

Le sol est détrempé, et sur le parvis de la prison, on ne peut voir qu’un amalgame de boue et de graviers. Je regarde tristement ma valise, je n’ose même pas imaginer l’état de mes fringues à l’intérieur maintenant que je me suis risqué à la laisser par terre. Peu importe ce ne sont que quelques rechanges. Le reste arrivera plus tard, ou bien est déjà arrivé je ne sais pas… On ne déplace pas toute une vie en une seule fois. Oh, je suis un nomade, je ne m’encombre jamais d’un tas de fourbi inutile, mais il faut ce qu’il faut pour vivre. Dans ce sac là, je dois avoir prévu trois tenues, ma trousse de toilettes deux livres et ma cravache. Je ne sais pas quelle arme de service ils fournissent ici, mais ils ne me sépareront pas de mon stick. De ça et de mon couteau. Je porte ma main à ma ceinture pour m’assurer qu’il est toujours là, dans son écrin de cuire abimé par le temps.

Ah, du bruit, serait-ce enfin celui qui va me sauver de l’averse ? Il attendra, je n’ai même pas atteint la moitié de ma clope. Je me redresse, et jette un regard curieux à la porte qui ne tarde pas à s’ouvrir.


Dernière édition par Aaron Sturk le Jeu 10 Juin - 17:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria Von der Kreuz
5555 Crocodile Végétarien
avatar

Messages : 256
Date d'inscription : 22/05/2010
Age : 42
Localisation : Dans un coin de la prison.

Votre personnage
Âge: 34
Cellule/Chambre: 4
Bloc-notes:

MessageSujet: Re: Sous la pluie [Maria] Jeu 10 Juin - 17:33

Encore une journée d'enfer à Sadismus ! Jour de pluie...Les prisonniers sont tranquilles sauf les claustrophobes mais on va pas les faire sortir là-dessous ! J'imagine déjà les pneumonies à gérer avec les plaintes et les grippes, les rhumes...Roh quelle horreur ! Déjà que le service médical est..."doué"...J'imagine pas si on y ajoute des épidémies...Au fait ! Chuis vaccinée moi ? Row merde chais pu et j'm'en tape ! Voilà...

J'suis dingue...Faut que j'aille à cette p*tain de thérapie... J'débloque complètement v'la que je monologue...Bon y'a quoi au programme de la journée ? Ow tiens : "Aller accueillir le nouveau gardien Aaron Struck". Il en a de bonnes le dirlo ! Depuis quand je dois jouer les nounous moi ! Tiens y'a une note à côté : "Soyez amicale !" ESPECE DE ! Contrôle toi Maria c'est ton employeur pas un prisonnier...ABER ES GEHT NICHT ! ><

Je me retourne et me rend compte que je me suis engagée dans le mauvais sens. Pourquoi tu va dans ce sens Maria ? Parce que j'ai le cerveau en vrac ! Voilà pourquoi ! Je tape alors un sprint jusqu'au poste des employés et à leur entrée. J'ouvre la porte et...

"Salut gamin je me présente ! "

Arrêt sur image. OW PUT*** IL EST TROP S*** ! J'ai toujours adoré les roux un peu gringalet...Ca change des monstres qu'on a en allemagne...Ow et cette peau...pâle comme j'aime...Je le dévore un instant du regard me délectant de son physique tout à fait dans mes goûts en finissant tout bas ma phrase.

"Maria von der Kreuz...enchantée..."


L'AMOUR EST UN BOUQUET DE VIOLETTTTEUH ! <3 Hem hem ! Calme-toi Maria. Je toussote et lui sourit, me reprenant rapidement même si j'ai déjà du passer pour une grande malade.

"Bienvenu à Sadismus. Tu es Aaron Struck je me trompe ?"


Arf...T'façon chuis déjà grillée...
_________________
Maria et son humeur : http://www.youtube.com/watch?v=HuQyYsOafo0

Thème de Maria : http://www.youtube.com/watch?v=as5si-f9PUI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Sturk
1176
avatar

Messages : 350
Date d'inscription : 08/06/2010

Votre personnage
Âge: 28
Cellule/Chambre: 4
Bloc-notes:

MessageSujet: Re: Sous la pluie [Maria] Jeu 10 Juin - 18:09

Dans l’encadrement de cette si lourde porte, apparait une jeune femme blonde, d’une taille respectable. Elle me semble assez essoufflée, elle ne s’est pourtant pas pressée de venir m’ouvrir, je suis trempé c’est indiscutable. Il est étrange son uniforme, surement celui de la prison. Je vais devoir porter le même ? Ouah… Je m’imagine difficilement avec ça, enfin je veux dire… Jamais jusqu’ici je n’ai mis quelque chose de similaire. Ca fait presque seconde guerre mondiale, avec les nazis et tout le bordel. Le directeur doit être un sacrés tordu, ou bien alors la directrice, je ne me souviens plus bien. De toute façon, c’est à un de ses employés que j’ai eu à faire lors de ma candidature ici.
C’est drôle comme avec un habit typiquement masculin elle reste très féminine. En même temps, elle a les traits fins d’une femme dans la fleur de l’âge et de longs cheveux blonds qui ne trompent personne.

D’un geste dénué d’énergie, je porte à mes lèvres ma cigarette qui ne devrait pas tarder à s’éteindre considérant l’eau qu’elle a reçue, et j’en expire la fumée par le nez. Voyant qu’après cela j’aurai du mal à en tirer quoi que ce soit, je la jette sur le sol avant d’empoigner ma valise pour m’approcher de deux pas de cette femme. Tout porte à croire qu’elle est une nouvelle de mes collègues. Je la domine d’une dizaine de centimètres, toute fois, elle me met mal à l’aise, cet uniforme là me met mal à l’aise, et je ne sais pas encore comment je vais réagir si jamais je suis amené à porter le même. J’en ai assez lu sur l’histoire de cette tenue pour en être dégouté. Je crains de subir quelques problèmes moraux en la mettant… J’avais pourtant cru comprendre que les gardiens n’avaient à Sadismus aucune tenue imposée, mais si c’est réellement le cas, pourquoi porterait-elle cela. Peu importe, pour l’heure, ce n’est pas le problème le plus important. Faisons les choses dans l’ordre et occupons nous de mon arrivée.

Maintenant que je ne suis qu’à un pas devant elle, je repose doucement mon sac sur le sol, et la regarde sans mot dire. Je dois avoir l’air un peu idiot, là à la regarder. Je sais en plus que dans ces cas là, on pourrait croire à ma tête que je me suis envoyé une bonne dose d’herbe avant d’arriver. Mais non… Non, non… C’est juste ma tête naturelle, c’est bien ça le souci.
Bon, peut être serait-il temps de dire quelque chose, mais quoi, je n’aime pas parler. Enfin bon, je vais la fréquenter souvent maintenant, enfin je crois. Disons que je risque de faire des permanences avec elle, ou de la croiser au réfectoire, dans la salle de repos. Alors… Pourquoi pas un mot gentil, histoire de briser la glace. Genre… Jolie chaussure. Ouais, tu parles, géniale comme conversation. D’un autre côté, elle arrive, elle m’appelle gamin, ça ne motive pas non plus pour être aimable. Et puis je n’aime pas cette façon qu’elle a eu de regarder mes cheveux, ça a été furtif mais je l’ai vu. Ouais, orange, ouais je sais… J’aurai été un beau blond avec un sourire ravageur et des pectoraux grands comme ça, ah bah ça c’est sur qu’elle n’y aurait pas fait gaffe à mes cheveux. Mais non, désolé de vous décevoir, on a que ça en stock…

Bon… Parle, au moins un bonjour, enfin un truc du genre.

-Aaron Sturk. Pause. C’est moi oui. Pause. Enchanté.

Six mots, je ne suis pas peu fier, quelle longue phrase, là bravo. T’es déjà catalogué en tant que rouquin de service, et maintenant tu seras aussi l’autiste qui ne sait pas parler. Chapeau bas, je fais fort. Remarque, pourquoi je devrai m’en inquiéter. Ca se serait fini comme ça de toutes façons à ce que je sache.

-Je suppose que vous voulez voir mes papiers.

Une phrase complète cette fois, de mieux en mieux.
Je me baisse pour prendre mon passeport dans la poche avant de mon sac de voyage. Je me voyais mal entrer dans l’une des prisons réputée les plus sécurisées sans devoir donner la preuve de mon identité. Ah tiens… Non, il n’est pas là. Encore une bonne nouvelle. Je fouille un peu, et fini par me rappeler qu’en réalité je l’ai mis dans la poche arrière de mon pantalon. Je me redresse donc, et lui tend le document ouvert à la page où l’on peut voir une horrible photo de moi dix ans plus tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria Von der Kreuz
5555 Crocodile Végétarien
avatar

Messages : 256
Date d'inscription : 22/05/2010
Age : 42
Localisation : Dans un coin de la prison.

Votre personnage
Âge: 34
Cellule/Chambre: 4
Bloc-notes:

MessageSujet: Re: Sous la pluie [Maria] Jeu 10 Juin - 18:49

Arf...Vu sa tête il a mal interprété le regard plein d'envie que j'ai eu envers lui. J'me demande ce qu'il est entrain de penser de moi...Je vois qu'il reluque mon uniforme...Mmmh...Apparament ça le met mal à l'aise...J'esquisse un sourire désolée.Et oui mon joli roux...Tu n'aime pas mais c'est ma punition...Tu apprendras à me connaître minet...

-Aaron Sturk. Pause. C’est moi oui. Pause. Enchanté.

Je suis ravie d'entendre sa voix et lui sourit de toutes mes dents... Ow t'es mignon minet...Tu veux pas que Maria s'occupe de toi ? <3

-Je suppose que vous voulez voir mes papiers.

-Ah ouais. La procédure...

Il me donne ses papiers et je souris en lisant les données.

-Allez entre tu va prendre froid. Je te conduis à ta chambre et j't'offre un café !

Je reste souriante. Il faut que je lui plaise car lui me rend dingue. C'est vraiment mon genre. Je le fixe comme si j'allais me jeter sur lui qui serait mon dessert favori...
Une tartelette à la fraise...Owmmh minet j'm'imagine déjà te dévorer de baisers et enlever cette chemise trempée qui souligne si bien ton...BAFFE INTERNE ! Maria du calme ! On croirait que tu es aussi nymphomane que l'était Jaina...Ma tornade rose...<3

Je laisse Aaron entrer et lui sourit.

"Suis-moi. Si tu as des questions n'hésite pas."

Je commence à me diriger vers sa cellule. Nous n'aurons qu'à discuter en chemin.
_________________
Maria et son humeur : http://www.youtube.com/watch?v=HuQyYsOafo0

Thème de Maria : http://www.youtube.com/watch?v=as5si-f9PUI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Sturk
1176
avatar

Messages : 350
Date d'inscription : 08/06/2010

Votre personnage
Âge: 28
Cellule/Chambre: 4
Bloc-notes:

MessageSujet: Re: Sous la pluie [Maria] Jeu 10 Juin - 19:14

Elle prend donc mon passeport qui contient également le fax confirmant ma date d’arrivée. Quand elle me le rend, je le mets cette fois ci bel et bien dans mon sac. Puis, je mets ce dernier en bandoulière et grogne en sentant l’eau qui s’y était imbibé venir s’imprégner sur mon pantalon. En temps normal, j’aime la pluie, j’aime me balader sous l’eau, mais en tenue appropriée, et sans sac. Là, j’ai la sensation d’être sal, j’ai chaud, mais en même temps j’ai froid, je déteste ça ! Et puis mes cheveux bouclent et deviennent gras.
Finalement, j’entre. J’aurai presque envie de m’ébrouer tant je me sens ruisselant. Je suppose qu’elle va m’emmener jusqu’aux quartiers des employés, et je pourrai me changer une fois dans ma chambre. Mais avant ça, une bonne douche. J’espère qu’elles ne sont pas communes, j’ai horreur de ça. En même temps, ça pourrait être pire… Je pourrai me retrouver avec un compagnon de chambre. Moi qui suis solitaire, je me vois mal partager mon espace vital avec quelqu’un.

Le café c’est une proposition sympa, mais il faudra qu’elle attende que je sois propre. Je sens que tout le bas de mon pantalon est trempé, l’arrière est incrusté de terre. Moi qui avais fait l’effort de m’acheter une tenue neuve pour mon premier jour ici, me voilà bien récompensé. Puisque je n’aurais apparemment pas à passer devant mon patron, j’en profite pour desserrer ma cravate qui pend désormais mollement contre mon torse. Et alors que j’emboite le pas à cette jeune femme, je détaille tant que je peux ce nouveau lieu.

L’ambiance est sinistre, une vraie bonne prison comme on se l’imagine. Dès que j’en aurai l’occasion, j’irai visiter les alentours. Il doit bien y avoir quelques endroits sympas, préservés de l’homme où je pourrai aller trainer pendant mes jours de repos.
On ne croise personne, à croire que l’endroit est désert. Je n’ai donc pour seul aperçu de la population locale que cette Maria Von der Kreuz. Une nouvelle fois, je me dis que j’aurai tout intérêt à lui faire la conversation, histoire qu’elle ne me fasse elle pas tout une réputation pré faite autour de la machine à café. Mais c’est plus fort que moi, même en faisant des efforts, le son de ma voix reste plat et monotone.

-Les chambres sont individuelles, c’est bien ça ?

C’est en tous cas ce que j’ai compris dans l’annonce. Mais j’ai toujours cette petite appréhension. A Oslo ça avait été la même chose, heureusement, mes craintes n’étaient pas fondées, j’avais eu une chambre de 13m² à moi et à moi seul. Je devais en revanche partager douche et sanitaires avec ceux de mon couloir. Nous étions cinq, et c’était vivable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria Von der Kreuz
5555 Crocodile Végétarien
avatar

Messages : 256
Date d'inscription : 22/05/2010
Age : 42
Localisation : Dans un coin de la prison.

Votre personnage
Âge: 34
Cellule/Chambre: 4
Bloc-notes:

MessageSujet: Re: Sous la pluie [Maria] Jeu 10 Juin - 19:39

Bon dieu...Ce mec ne parle pas ! Stressée, je m'allume un cigare, ces petits trucs pas chers et qui détendent. Oui ! Maria recommence à fumer mes chers !

-Les chambres sont individuelles, c’est bien ça ?

-En fait non. Dedans tu auras ton uniforme propre. Douches communes mais très propres, et salle de repos bien sympa avec machine à café. Tu veux un cigare ?

Je tire une bouffée du mien et lui tends ma boite. Je veux le faire parler encore mais une question me taraude...Dans quelle chambre peut-il bien être ?! J'observe le papier en parlant.

-Alors...Apparamment tu es...DANS MA CHAMBRE ?!

Je me retiens de danser la gigue là. OWIH ! MON ROUX DORT DANS MA PIAULE CHOUETTE ! Je ne peux retenir un sourire béat.

-Bon bah allons-y ! dis-je d'une voix guillerette sans le vouloir.

Je l'emmène donc devant notre chambre et sourit en ouvrant la porte.

-Bienvenu ! T'inquiète la chambre est bien séparée nous avons chacun notre coin donc installe toi comme il te plaira !

Ow la la ça y est. Tout un tas de fantasmes me traversent l'esprit. Ow je rêve qu'il ferme la porte et m'attrape en me disant qu'il n'en peut plus et qu'il a un coup de foudre et qu'il veut me prendre maintenant sur son lit pour l'inaugurer....

STOP ! ON RANGE LES HORMONES DANS LA BOBOITE !

Décidément...3 ans sans tac-tac ça n'arrange personne...J'pensais pouvoir m'en passer mais ce beau cuivré m'a mis le feu aux fesses...Est-ce qu'il sait qu'il m'attire ?

Put*** je transpire.

-Excuse-moi.

Je me tourne dos à lui et commence à retirer mon uniforme. Je décide de mettre quelque chose de plus léger. Treillis noir et débardeur noir, rangers et voilà le travail. Je me change devant lui ça m'est égal. Après tout il va devoir s'y habituer. Je le verrai bien en boxer un jour. Surtout si comme moi il dort en sous-vêtements... Pendant que je me change, il peut voir que je porte une superbe guêpière noire qui fait contraste avec ma peau blanche. Si il craque pas, il est soit ultra timide soit c'est un Schwula.
_________________
Maria et son humeur : http://www.youtube.com/watch?v=HuQyYsOafo0

Thème de Maria : http://www.youtube.com/watch?v=as5si-f9PUI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Sturk
1176
avatar

Messages : 350
Date d'inscription : 08/06/2010

Votre personnage
Âge: 28
Cellule/Chambre: 4
Bloc-notes:

MessageSujet: Re: Sous la pluie [Maria] Jeu 10 Juin - 20:29

Suite du topic : Colloc'action
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sous la pluie [Maria]

Revenir en haut Aller en bas

Sous la pluie [Maria]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sadismus Jail :: Sadismus [derrière le barbelé] :: Dehors :: Devant les portes-